Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 06 mars 2015

Lettre ouverte aux Etoilistes

Alors que notre glorieux club s’apprête à célébrer son 90eme anniversaire, nous nous trouvons aujourd'hui dans une situation de chaos insupportable.

 

Le foot traverse la crise que nous connaissons, les sports de salles sont super giga mal barrés .. le centre de formation pose plus d'une question sérieuse, et la situation financière est catastrophique.

 

L'heure est venue à mon avis pour une réforme générale pour notre club, et essentiellement sa gestion et son financement.

 

Certes le club est fondé et basé à la glorieuse ville de Sousse, mais il est aussi certain que ses fondateurs voulaient qu'l ait un rayonnement sur tout le Sahel.

 

Aujourd'hui nous payons cette politique dictée par certains et qui coupe l'ESS d'une bonne partie de sa base populaire. Aujourd'hui nous aurions du voir des réactions dans tous le sahel .. mais il n'en est rien .. parce que l'ESS s'est éloignée du Sahel, parce que ceux qui la dirigent ne sollicitent pas le Sahel .. n'aident pas ses clubs et ne font rien pour que l'ESS rayonne sur la région.

 

Maintenant il faut que cela cesse ..cette petite gestion doit cesser .. nous avons besoin de rassembler tout le monde .. d'ouvrir la porte à tout ceux qui peuvent aider .. l'ESS est la propriété exclusive  de son public .. et de personne d'autre ..

 

On a besoin de mettre en place une vraie administration qui travaille avec des plans sur plusieurs années ..

 

Depuis des années déjà on avait proposé en vain que les sports de salle jouent dans les autres villes sahéliennes .. le Hand le volley et le Basket feraient de bien plus belles recettes et leur gestion aurait été bien moins compliquée ..

 

Je fais appel a tous les étoilistes, ceux qui doivent tout à l'ESS les premiers, pour se rassembler et réfléchir sur l'avenir du club.

 

Convoquons tout le monde pour un rassemblement dans les locaux du club. Ouvrons la porte a toutes les idées .. toutes les compétences ..

 

Au jour d'aujourd'hui, le silence vaut lâcheté et complicité ..

 

Dima m3ak ya l'Etoile ..

1001636841.jpg

11:32 Écrit par petitprince | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

vendredi, 30 janvier 2015

what's my north

Life is a journey.

My north is happiness.

So my life is a journey to happiness.

Happiness canbbe met several times, in several fields.

Therefore my life is a book.

Every page can be independent.

But also every page can introduce another page.

Happiness is filling every page with satisfaction.

Satisfaction is reached in several ways.

Sometimes with my own actions.

Somtimes with someone else's contribution.

I do not wait for anything.

I just try to live every moment, every situation intensely. 

 

FB_IMG_1422612083487.jpg

16:36 Écrit par petitprince | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook

mercredi, 29 octobre 2014

The Man

And a Man sat alone, drenched deep in sadness.

And all the animals drew near to him and said : "We do not like to see you so sad. Ask us for whatever you wish and you shall have it."

The Man said, "I want to have good sight."

The vulture replied, "You shall have mine."

The Man said, "I want to be strong."

The jaguar said, "You shall be strong like me."

Then the Man said, "I long to know the secrets of the earth."

The serpent replied, "I will show them to you."

And so it went with all the animals.

And when the Man had all the gifts that they could give, he left.

Then the owl said to the other animals, "Now the Man knows much, he'll be able to do many things. Suddenly I am afraid."

The deer said, "The Man has all that he needs. Now his sadness will stop."

But the owl replied, "No. I saw a hole in the Man, deep like a hunger he will never fill. It is what makes him sad and what makes him want. He will go on taking and taking, until one day the World will say, 'I am no more and I have nothing left to give.'"

 

a memorable quote from Apocalypto

08:25 Écrit par petitprince dans sagesse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mardi, 28 octobre 2014

Wake up !

Rockefeller Quote "We are grateful to the Washington Post, The New York Times, Time Magazine and other great publications whose directors have attended our meetings and respected their promises of discretion for almost forty years." "It would have been impossible for us to develop our plan for the world if we had been subjected to the lights of publicity during those years. But, the world is now more sophisticated and prepared to march towards a world government. The supranational sovereignty of an intellectual elite and world bankers is surely preferable to the national auto-determination practiced in past centuries."

22:01 Écrit par petitprince | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

محل شاهد

وقت اللي إحتلو الأنقليز أستراليا جاو يستغلوا في الأراضي الفلاحية ياخي اللي يزرعوه تاكلو الأرانب ..

حاروا ..

شنوة الحل ..

شنوة الحل ..

ولاو مشاو لأوروبا جابوا الثعالب باش يقضيوا على الأرانب ..

لذا بيه الثعالب خلاوا الأرانب وطاحوا يقرمشوا في الكنغوروات اللي مساكن موش مستانسين بيهم وشوية لا فناوهم .. ..

في الإخر رصات الأنقليز يصطادوا في الثعالب ..

وخرافتنا طابة طابة العام الجاي .. تجينا صابة

20:54 Écrit par petitprince | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Ne pas se tromper de combat.

Au lendemain des élections législatives, on voit fleurir des analyses tantôt positives tantôt pessimistes. Leurs auteurs s'y positionnent souvent par rapport a un parti, mais je pense que l'on doit recadrer avec les intérêts nationaux .. en fait, à mon humble avis notre objectif devrait être celui de planter définitivement cette démocratie tant attendue ..


A cet effet, voir la passation du pouvoir se faire via les urnes est une vraie satisfaction pour moi.


Par ailleurs, les nahdhaouis sont bel et bien tunisiens, il faudra donc apprendre à compter avec eux .. tant que les règles du jeu sont plutôt respectées tout ira bien.


La prospérité du pays sera plus facilement atteinte quand on aura un paysage politique équilibré .. on perdrait encore des années si on aurait à revivre le même conflit « pouvoir vs opposition ».


Maintenant l’heure du travail a sonné, et la route est bien longue ..


Alors trêve de conflits contre-productifs. Alea jacta est .. et qu’avant de penser à ses petits intérêts personnels considérer ceux de la Tunisie.

Ne nous trompons pas de combat.

drapeau_tunisie.jpg

12:37 Écrit par petitprince | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

lundi, 14 juillet 2014

Le fabuleux destin de Sami Khedhira

l incroyable année de Sami Khedhira.png

11:10 Écrit par petitprince | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mardi, 24 juin 2014

to meditate

"Once upon a time, there was this little sparrow, who while flying south for the winter froze solid and fell to the ground.
And then to make matters worse the cow crapped on him, but the manure was all warm and it defrosted him.
So there he is, he's warm and he's happy to be alive and he starts to sing.
A hungry cat comes along and he clears off the manure and he looks at the little bird and then he eats him.
And the moral of the story is this: everyone who craps on you is not necessarily your enemy, and everyone who gets you out of crap is not necessarily your friend, and if your warm and happy wherever you are you should just keep your big mouth shut."
a memrable quote from Assassins

09:51 Écrit par petitprince dans sagesse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mercredi, 18 juin 2014

Lettre du Mollah Omar par Marco Travaglio

Je suis le Mullah Omar; j’ai 44 ans, 4 femmes et plusieurs enfants.

Je suis originaire de Kandhar, et donc je ne suis pas arabe, mais Afghan.

Dans ma vie j’ai fait un peu de tout : le combattant, le politicien, le guide spirituel et de nouveau le combattant.

J'ai rencontréles plus grandes arméesdu monde : à 20 ans j’ai combattu l’Armée Rouge (j’y est laissé des plumes), maintenant je combats contre les Etats-Unis, les Anglais et leurs alliés de l’OTAN.

Seulement, quand je combattais les soviétiques, je plaisais beaucoup à vous les occidentaux  et les armes c’est vous qui m’en approvisionniez.

Maintenant, et c’est compréhensible, je ne vous plais plus.

Pourtant, je suis resté le même.
Je connais bien Ben Laden depuis l'invasion soviétique, quand lui aussi vous plaisait beaucoup.

Mais nous n'avons rien en commun : lui il est Arabe, un calife plein de pétrodollars saoudiens. Il nous a aidé contre l'Armée rouge et plus tard il nous a donné beaucoup d'argent pour construire des routes, des ponts, des écoles et des hôpitaux.

Pour cela, il était très aimé par les Afghans et quand je suis entré dans Kaboul en 1996, je l'ai laissé là-bas.

Mais en 98, il a été accusé d’avoir organisé et financé des attentats contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie, et sa présence en Afghanistan était devenue un problème.

Notamment parce que Clinton a commencé à bombarder la région de Khost, en pensant qu'il était là: mais en lieu et place il y a eu des centaines de civils tués.

Il y avait eu un accord entre mon gouvernement et Clinton, mais oui, selon les documents du Département d'Etat, même les Américains avaient affaire avec les talibans. Ils avaient mon numéro. J'ai envoyé mon bras droit Wakij Ahmed à Washington, se réunir deux fois Clinton: le 28 Novembre et le 18 Décembre de l’an 1998. Clinton voulait que nous tuions Ben Laden, ou du moins l’expulser.

Mais c’était impossible de l’expulser car il était trop populaire. Nous avons offert de fournir les détails de sa cachette, de sorte que les Etats-Unis pourraient frapper sans faute, afin qu’ils arrêtent de nous bombarder ; mais  Clinton a inexplicablement refusé.
Par la suite, nos relations se sont détériorées, mais certainement pas pour la burka pour les femmes ou pour les téléviseurs détruits ou les statues détruites de Bouddha: mais plutôt parce que j'ai refusé de confier la construction du méga gazoduc du Turkménistan au Pakistan à la société américaine Unocal : les Américains le voulaient, notamment parce que dans Unocal y avait les intérêts de Dick Cheney, Condoleezza Rice, et l’actuel président afghan Hamid Karzaï.

Maintenant vous faites semblant d’être scandalisés par l’affaire de l'opium, mais en 98 et en 99, j'ai suggéré à plusieurs reprises aux Etats-Unis et à l'ONU d’arrêter la culture du pavot en échange de notre reconnaissance.

En vain.

En 2000, j’ai gelé unilatéralement la culture du pavot, au milieu des protestations de centaines de milliers de paysans, mais le Coran interdit la production et la consommation de la drogue, et pour moi le Coran est une affaire sérieuse.

Résultat: le prix de l'opium est monté en flèche avec des dommages terribles aux grandes mafias du trafic de drogue.

C’est peut-être une coïncidence, mais moins d'un an après vous nous avez  attaqués.

Maintenant, en Afghanistan «libéré» et «démocratique», on produit plus d'opium que par le passé : 87% de l'opium mondial.

Après le 11 Septembre, les Américains nous ont demandé à nouveau de leur livrer Ben Laden. Nous avons demandé des preuves de son implication et ils ne nous les ont jamais fournies : nous n'avons pas donné Ben Laden et ils nous ont attaqué et ce, bien qu'il n'y ait pas un seul afghan dans les commandos accusés d’avoir fait tomber les deux tours jumelles ; et bien qu’aucun afghan n'a jamais été trouvée dans les cellules d'Al-Qaïda : il y avait des Saoudiens, des Egyptiens, des Jordaniens, des Tunisiens, des Algériens, des Marocains, des Yéménites etc ... Ni afghans, ni irakiens. Pourtant, vous êtes venus envahir l'Irak et l'Afghanistan. Avez-vous déjàpensé àbombarderla Sicilependant cinq anspour raserProvenzano?Pourtant, c'était un fugitif depuis 43 ans, Ben Laden l’était tout juste pour deux.

Nous ne sommes pas une nation de terroristes. Les premières voitures piégées ont explosé en 2006, après cinq années d’occupation, un peu parce que ces cinq années ont ébranlé et saccagé nos traditions. Un peu parce qu’un bon nombre de terroristes vient de l'extérieur. Un peu car avec les Russes, au moins, nous avons pu livrer bataille : leurs troupes étaient sur le terrain. Avec les Américains, c'est impossible: nous les voyons passer dans leurs B52 à 10 000 mètres d’hauteur.

Il y a un an, un Predator américain sans pilote ni équipage a bombardé le petit village pakistanais Domadola à la frontière avec l'Afghanistan, en pensant que moi et Al-Zawahiri y étaient. Il a tué 18 civils, dont 8 femmes et 5 enfants. Aucun Américain, pour la simple raison que les Américains n'étaient pas sur place : le Predator était commandé à distance à partir d'une base dans le Nevada, où le pilote a dirigé les opérations par satellite. C'est la «guerre asymétrique», qui est, sans frais, au moins pour vous. Pas pour notre peuple.

Rappelez-vous, je ne cherche pas à faire le Saint. Je suis un guerrier féroce et fanatique, mais juste.

Aussi longtemps que j’avais le contrôle de la situation, il n’y a pas eu un seul enlèvement : une fois une journaliste britannique a pénétré dans notre pays déguisée en homme, elle a été bien traitée, et quand  nous avions établi que ce n'était pas une espion, elle a été libérée sans compensation trois jours plus tard.

Que dites-vous de vos agents qui, à la libre ville de Milan, se sont emparés d'un imam pour l'envoyer à l'Egypte se faire torturer?

Vous dites que nous gardons nos femmes trop couvertes. Peut-être. Mais vous exagérez dans l'autre sens: il est possible chez vous qu’une femme passe à la télévision en maillot de bain, peut-être même avec le crucifix entre ses seins? Vous n'avez pas un endroit plus décent pour mettre le fils de votre Dieu?

C'est vrai, je ne reconnais pas la laïcité et la séparation de la religion et la politique. Mais vous êtes mal placés pour venir me donner des leçons : je sais que beaucoup de politiciens prennent les ordres de la part des chefs religieux, entre autres résidant dans un État étranger.

Maintenant, je dois dire au revoir. Mais laissez-moi vous remercier pour le service involontaire que vous m’avez offert à moi et aux talibans : en 2001, lorsque vous nous aviez chassés de Kaboul, nous étions très impopulaires dans la majorité des Afghans. Maintenant que les Afghans vous ont connus et ont vu travailler le soi-disant démocratique président Karzaï, nous sommes devenus extrêmement populaires. Tant et si bien que je continue à faire du vélo et de side-car. Sur ma tête, il ya une prime de 50 millions de dollars, mais personne n'a jamais pensé à me trahir pour l’encaisser.

Je vous laisse avec une citation d’un de vos saints, que vous devez connaitre, Augustin d'Hippone. Ellle est tirée de la Cité de Dieu:

«Une fois on a porté devant Alexandre le Grand un célèbre pirate capturé.

Alexandre lui demanda: «Pourquoi vous infestez les mers avec une telle audace et aussi une telle liberté ?."

Le pirate a répondu: «Pour la même raison que vous infester la terre, mais parce que je le fais avec un petit bateau, je suis appelé pirate, et parce que vous le faites avec une grande flotte, on vous appelle empereur."

Méditez, infidèles, méditez.

Sincèrement mollah Omar.

12:02 Écrit par petitprince | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

L'homme dans le mirroir ..

J’ouvre mes yeux ... quelques instant passent avant que je ne réalise où je suis ... je me lève lourdement ... presque inconscient ... je me rappelle maintenant que la nuit ne fut pas bonne ... j’ai même fait un cauchemar ... pour la première fois depuis très longtemps ...

 

Alors que je me lave le visage ... j’aperçois fortuitement l’homme dans le miroir ... je le reconnais difficilement ... ses yeux ont perdu beaucoup de leur éclat ... et son éternel sourire est absent ... même le sourire triste qu’il affichait d’habitude quand rien ne va ... n’y était pas ...

 

Une envie subite de savoir ce qui lui est arrivé me pousse à l’aborder :

-          bonjour

-          bonjour khouya …

-          tout va bien ?

-          non ...

-          ça ira ?

-          je ne sais pas …

-          c’est si grave ?

-          je ne peux pas encore le savoir ...

-          tu as besoin d’un coup de main ?

-          non, plutôt d’un coup de cœur ..

-          ah lalala  ; tu le suis encore lui ? crois moi tu n’iras pas loin en l’écoutant .. de toute façon tu es le dernier à écouter son cœur .. tout le monde est devenu bien plus objectif ..

-          tu veux dire matérialiste ..

-          appelle ça comme tu veux .. je t’avais dit que tu n’essuieras que des problèmes ..

-          mais c’est ma façon d’être … je ne sais pas vivre autrement ..

-          et bein faudra apprendre à l’ignorer mon grand

-          jamais

-          il faudra assumer donc

-          ok, si c’est le prix à payer pour avoir ne serait ce qu’un instant de bonheur réel .. je l’assumerais bien ..

-          ok, mais saches que tu vas en souffrir ..

-          ok, car avoir mal .. c’est finalement un signe de vie ..

-          vie ? loool .. ok .. bonne journée quand même ..

-          merci . .à toi aussi ..

Béhéeddine, 08/03/2010

11:49 Écrit par petitprince | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook