Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 20 janvier 2010

الطائفية والوقت الضائع! الياس خوري


Elias_Khoury_bw_version_WEB_OK.jpg


الموسم في بيروت هو موسم تشكيل اللجنة الوطنية لإلغاء الطائفية السياسية، وهو موسم حافل بالكلام واللغو، لا لأن الموضوع ليس جدياً، بل لأنه جدي اكثر بكثير مما يبدو في الكلام السياسي السطحي الذي يدور على السنة السياسيين اللبنانيين. والطريف ان دعاة الغاء الطائفية يقودون احزاباً طائفية! وهذا حال السيد نبيه بري رئيس المجلس النيابي الذي يتزعم حركة امل الشيعية، وهذا ايضا حال السيد وليد جنبلاط الذي كان اول الداعمين للمشروع البرّي.


تأييد الالغاء او رفضه يبدو اشبه بسيرك سياسي، اذ لا احد يصدق احدا. فالمعارضون كالمؤيدين، يلعبون في الوقت الضائع الذي نشأ عن التوافق السوري- السعودي، وقاد الى تشكيل الحكومة اللبنانية بالطريقة التي تشكلت بها. ومفهوم الوقت الضائع بدأ مع اندلاع الحرب الأهلية اللبنانية عام 1975، اي منذ خمسة وثلاثين عاما. ولأن السياسة اللبنانية لا علاقة لها بمفهوم الزمن، لأنها مبنية على التكرار، فهذا يعني ان الوطن الصغير يستطيع ان يبقى في الوقت الضائع الى ما لا نهاية.


الطريف ان معارضي المشروع البري كمؤيديه لم يطرحوا على انفسهم اي سؤال عميق، ما عدا اللازمة المملة التي يرددها البطريرك الماروني عن الغاء الطائفية من النفوس قبل النصوص.


بين النفوس والنصوص ضاعت المسألة، لأن الغاء الطائفية ليس اجراء سياسيا بل هو اجراء ثقافي وفكري بنيوي، انه جراحة عميقة تنقل المجتمع من البنى العشائرية والطائفية الى البنى المدنية والعلمانية. وهذا يقتضي حلّ جميع الاحزاب اللبنانية لأنها جميعها طائفية، ما عدا بالطبع الاحزاب العقائدية، وهي احزاب هامشية ولا وزن لها.


المسألة اذا هي مناورة طائفية، اي محاولة لاعادة انتاج النظام الطائفي تحت شعار الغائه، وهذا جزء من عبقرية السياسة اللبنانية التي ابتذلت الكلام، وقضت على المعاني.


لم يطرح اي سياسي لبناني على نفسه سؤال العلاقة بين البنية الطائفية والثقافة. هل الثقافة اللبنانية ثقافة طائفية، هل يجب ان نعيد قراءة جبران ومارون عبود وتوفيق يوسف عواد ويوسف حبشي الأشقر وسهيل ادريس وسعيد تقي الدين والى آخره... قراءة طائفية كي نفهم ادبهم، ام ان هذا الأدب لا علاقة له بأي انتماء طائفي، بل هو انتماء الى اللغة والتجربة الانسانية؟ واذا كان الأمر كذلك، فكيف تستقيم العلاقة بين مجتمع طائفي وثقافته غير الطائفية؟


لا شك اننا هنا امام مفارقة كبرى، فالثقافة العربية الحديثة تأسست في سياق بناء مشروع قومي لاطائفي على انقاض السلطنة العثمانية، وكان عنوان النهضة مأخوذا من سياق التأسيس العلماني. اي ان انهيار نظام الملل العثماني مع التنظيمات، ثم تداعي الدولة وسقوطها بعد الحرب العالمية الأولى، كانا جزءا من مقترب ثقافي وفكري سعى من جهة الى الاصلاح الديني مع الافغاني وعبده، ومن جهة ثانية الى بناء افق ثقافي جديد لا يكون الا في وصفه افقا علمانيا.


هذه السمة العلمانية التي بنيت في المرحلة التأسيسية وسمت الثقافة العربية الجديدة، التي كانت بيروت مركزها الثاني الى جانب القاهرة. وهذا ما سيجعل الثقافة اللبنانية في وضع مفارق للواقع السياسي اللبناني، الذي اعاد تأسيس نظام الملل العثماني على شكل دولة طائفية برعاية الدول الاوروبية في القرن التاسع عشر، ثم تحت الوصاية الفرنسية مع تأسيس دولة لبنان الكبير عام 1920.


لذا كانت الثقافة اللبنانية على هامش الدولة دائما ان لم تكن على عداء صريح معها او في موقف احتقاري للنظام السياسي اللبناني. وعلى الرغم من جروح الحرب الأهلية، فقد نجحت الثقافة اللبنانية في رفض المــــنزلق الطائفي، رغم ان رواية الحرب كانت على تماس مباشر مع واقع الحرب واشكالياتها الطائفية.
بالطبع نستطيع ان نكتشف عناصر اجتماعية تمت بصلة الى البنية الثقافية اللبنانية وتسمح للباحث بتقديم قراءات من نوع دينامية الاقليات التي شهدتها الثــــقافة اللبنانية في مطلع النهضة او في اعوام الحرب الأهلية، لكن هــذه الدينامية تبقى جزءا من مبنى اجتماعي متحرك، ولم تسقط في المشاريع الطائفية.
مجتمع طائفي وثقافة لاطائفية، هذه هي المفارقة اللبنانية التي يجب التوقف عند دلالاتها. صحيح ان المقترب الطائفي نجح في بناء فكر سياسي في مرحلة تأسيس الدولة الوطنية وخصوصا مع ميشال شيحا، الا ان هذا الفكر لم يستطع اختراق الأدب والفن والإبداع، بل بقي في اطر ثقافة السلطة، اي في حقول محددة كالتاريخ والاسطورة، لكنه كان دائما هشا وسريع العطب.
من هنا يأتي مأزق النظام الطائفي في كونه لا يستطيع استقطاب المثقفين، وتمنعه توازناته من قمعهم في شكل جدي.


خطاب سياسي فقد بعد انهيار الحركة الوطنية كل علاقة له بالثقافة والفكر، لا يجد امامه سوى المماحكة واللعب في الوقت الضائع، واطلاق شعارات فارغة، والتهديد بالفيدرالية والى آخره..
النظام السياسي اللبناني هو الابن الشرعي لفقدان العلاقة بين الفكر والسياسة، هكذا تبتذل الطوائف الكلام، وتجعل من الدولة الطائفية ملعبا للصراعات الاقليمية. وهكذا يستعاد لبنان القديم المؤقت، لبنان الوهم والفيديو كليب والمضاربات العرقية، ويتلهى السياسيون بالغاء الطائفية في وصفها آخر صرعة للعب بالموازين الطائفية واحلال غلبة مكان اخرى، اي ان فكرة الغاء الطائفية هي غطاء لإشعال نارها من جديد!


القدس العربي
19/01/2010

09:05 Écrit par petitprince dans revue de presse | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

mercredi, 17 juin 2009

la Tunisie en tête des dix pays les plus compétitifs d’Afrique


Le rapport 2009 du Forum économique mondiale sur l’Afrique est paru. Le 19e Forum économique mondial sur l’Afrique qui se tient de mercredi à vendredi au Cap, en Afrique du Sud, a publié mercredi son « Rapport sur la compétitivité en Afrique 2009 ». Le document dévoile les dix pays les plus compétitifs du continent. Au tout premier rang de ce classement, la Tunisie qui se place devant la première puissance économique du continent, l’Afrique du Sud.

Le « Rapport sur la compétitivité en Afrique 2009 », publié mercredi par le 19e Forum économique mondiale sur l’Afrique a dévoilé le top 10 des pays africains les plus compétitifs sur le continent. A la tête de cette liste, se place la Tunisie. Elle est suivie de l’Afrique du Sud, la première puissance économique du continent. Viennent ensuite dans l’ordre décroissant, le Botswana les Iles Maurice, le Maroc, la Namibie, l’Egypte, la Gambie, le Kenya et le Nigeria.

Ce classement, réalisé par le Forum économique mondial (Fem), la Banque mondiale (BM) et la Banque africaine de développement (BAD), se base sur des données statistiques et des enquêtes qui couvrent une douzaine de secteurs (institutions, infrastructures, stabilité macro-économique, éducation, santé, taille du marché, innovation ...etc).

Déterminer l’impact de la crise sur l’Afrique
Les entreprises africaines, indique le Rapport sur la compétitivité en Afrique 2009, peuvent devenir nettement plus compétitives si les autorités africaines et leurs partenaires internationaux améliorent l’accès aux financements, les systèmes de de santé et d’éducation, modernisent les infrastructures et renforcent les institutions.

Ce 19e Forum économique mondial sur l’Afrique qui s’est ouvert mercredi au Cap, en Afrique du Sud, a pour objectif de déterminer l’impact de la crise économique mondiale sur le continent et d’y trouver des réponses sur le long terme. L’une des premières conclusions de cette rencontre indique que les dirigeants africains ne doivent pas céder à la pression qui les pousse à ériger des obstacles au commerce dans le contexte de crise mondiale.

Les dix pays les plus compétitifs d’Afrique :

1- Tunisie (4,6 points)
2- Afrique du Sud (4,4)
3- Botswana (4,2)
4- Maurice (4,2)
5- Maroc (4,1)
6- Namibie (4,0)
7- Egypte (4,0)
8- Gambie (3,9)
9- Kenya (3,8)
10- Nigeria (3,8)

source http://nigerdiaspora.info/index.php/africaine/africaine/economie-:-la-tunisie-en-t%C3%AAte-des-dix-pays-les-plus-comp%C3%A9titifs-d%E2%80%99afrique/

17:30 Écrit par petitprince dans revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mercredi, 14 janvier 2009

Un « Guantánamo » en Mauritanie

Sur les remparts de l’Europe forteresse

Un « Guantánamo » en Mauritanie

Après le coup d’Etat qui a renversé le président Sidi Ould Cheikh Abdallahi, le 6 août dernier, la Commission européenne a suspendu une aide humanitaire à la Mauritanie d’un montant de 156 millions d’euros. En revanche, en matière de lutte contre l’immigration clandestine, la coopération continue. Ceuta et Melilla étant désormais trop difficiles d’accès, la côte mauritanienne, d’où l’on peut espérer atteindre les Canaries, est devenue un point de départ privilégié pour les migrants d’Afrique de l’Ouest.

Par Zoé Lamazou

Dans un trait récurrent d’humour noir, les habitants de Nouadhibou, ville portuaire située à quatre cent soixante-dix kilomètres de Nouakchott, la capitale de la Mauritanie, ont nommé leurs quartiers de parpaings nus d’après le nom de grandes capitales étrangères : Accra, Bagdad, Dubaï. Lorsque, en 2006, les autorités espagnoles, en accord avec le gouvernement mauritanien, installent à Nouadhibou un centre de rétention pour immigrés illégaux, son surnom est vite trouvé : « Guantánamo ».

Les bâtiments d’une ancienne école, aux abords de la ville, à la frontière du Sahara occidental : c’est là que sont enfermés ceux qui tentent la traversée vers l’Espagne via les îles Canaries, à quelque huit cents kilomètres à vol d’oiseau plus au nord. Ils n’ont parfois pas encore quitté le rivage, à bord de longues pirogues de pêche traditionnelles, quand ils sont pris par les gardes-côtes mauritaniens, secondés par la Garde civile espagnole.

Derrière les hauts murs de béton surélevés de grillage on aperçoit, par le portail de tôle béant, une vaste cour de sable, vide. Au fond, une longue bâtisse rose qui a autrefois abrité des salles de classe, et, sur un côté, deux blocs sanitaires. Les habitants du bidonville voisin entrent et sortent, semble-t-il librement, pour remplir des jerricans d’eau au robinet du centre. Deux jeunes policiers mauritaniens montent la garde, sans zèle. Aux derniers jours du mois de juin, une cellule est occupée. C’est une ancienne salle de classe de huit mètres sur cinq, garnie de lits de camp superposés. Une dizaine d’hommes hagards émergent de la pénombre. Ils se disent presque tous maliens. L’un d’eux interpelle le policier : « Le refoulement, c’est pour quand ? On n’en peut plus d’attendre ! » Un autre se plaint : « Ça fait dix jours qu’on est là ! » « Une semaine », rectifie le garde. Selon le président du comité local du Croissant-Rouge, M. Mohamed Ould Hamada, les détenus ne sont pas censés demeurer plus de soixante-douze heures entre les murs de l’ancienne école.

Un détenu, d’un geste explicite de la bouche au ventre, montre qu’il a faim. Le plus jeune dit avoir 18 ans. Il marche avec peine, ses deux jambes sont blessées. On peut voir les plaies encore vives à travers le pansement posé quelques heures plus tôt par un médecin de la Croix-Rouge espagnole. Le policier explique qu’une pirogue transportant soixante-seize personnes s’est échouée la semaine précédente : « Trente sont mortes. On nous a amené les rescapés. Il n’en reste qu’une dizaine, les autres ont été conduits en bus à la frontière malienne. Ceux qui sont trop malades pour supporter les mille cinq cents kilomètres de voyage, on les laisse ici, en attendant qu’ils reprennent des forces. »

Les autorités mauritaniennes organisent la détention et les reconduites à la frontière. Mais le centre ne fournit ni soins ni nourriture, c’est la Croix-Rouge espagnole et le Croissant-Rouge mauritanien qui s’en chargent, distribuant également des téléphones portables. Il arrive aussi qu’une bonne âme vienne au portail avec des vivres. « Les Espagnols ont créé ce centre, mais ils n’ont rien donné à la Mauritanie pour sa gestion. Le problème, c’est que nous manquons de fonds », explique le cadre chargé des réfugiés au ministère de l’intérieur.

Dans un rapport de juillet 2008, Amnesty International a épinglé le traitement de l’immigration clandestine en Mauritanie, en insistant sur l’arbitraire des expulsions collectives et sur les conditions de détention à « Guantánamo » (1). A Nouadhibou, les associations de soutien aux migrants s’insurgent. Pour M. Ahmed Ould Kleibp, président de l’Association pour la protection de l’environnement et l’action humanitaire (Apeah), le centre « est une véritable prison, et les conditions de détention y sont terribles ». Le représentant du Croissant-Rouge conteste ces déclarations alarmistes ; mais il confie aussi que les commentaires trop acerbes de son prédécesseur ont coûté à celui-ci son poste. M. Ould Hamada s’inquiète surtout des conditions de reconduite à la frontière : « Sur la route, de Nouadhibou à la frontière sénégalaise ou malienne, les migrants ne bénéficient d’aucune assistance. » Le ministre des affaires étrangères espagnol, M. Miguel Angel Moratinos, en visite officielle à Nouakchott le 8 juillet, a promis qu’une délégation de son ministère, accompagnée par des cadres du ministère de l’intérieur, se rendrait au centre « pour suivre de près la question des droits de l’homme ».

D’octobre 2006 à juin 2008, six mille sept cent quarante-cinq personnes sont passées par le centre de détention, soit trois cents par mois en moyenne, selon les chiffres de la Croix-Rouge espagnole. En juin dernier, le nombre de détenus est passé à cinq cents. Depuis 2005, année marquée par une intensification de la répression, le passage vers l’Europe est plus sévèrement contrôlé au détroit de Gibraltar, où seuls quinze kilomètres séparent le Maroc de l’Espagne. Les enclaves espagnoles au Maroc, Ceuta et Melilla, sont devenues quasiment inaccessibles, et les camps informels de migrants installés aux abords de ces villes ont presque tous disparu.

Les pirogues quittent dorénavant la côte dans le sud du Maroc, à Tarfaya, El-Ayoun et Dakhla. Les départs clandestins se font parfois encore plus au sud, jusqu’à Saint-Louis et Dakar, au Sénégal, pour atteindre le sol espagnol des îles Canaries, après mille cinq cents kilomètres de navigation. Le voyage est d’autant plus périlleux que les pirogues rallongent le trajet en visant d’abord le large, pour éviter les eaux territoriales surveillées, avant de se rabattre en fin de parcours vers les îles les plus à l’ouest de l’archipel des Canaries.

A mi-chemin entre l’Afrique de l’Ouest et le Maghreb, Nouadhibou est considéré comme l’un des points de départ privilégiés. Le tronçon mauritanien Nouakchott-Nouadhibou de la route transsaharienne reliant le Sénégal au Maroc, achevé en 2004, dope encore les mouvements migratoires vers le port, où les industries de la pêche et minière attirent, depuis le début des années 1950, la main-d’œuvre subsaharienne.

c’est en 2006 que l’Espagne, réagissant à la soudaine recrudescence des accostages clandestins, a réactivé un accord de réadmission signé avec la Mauritanie trois ans plus tôt : toute personne soupçonnée d’être passée par le sol mauritanien pour atteindre illégalement les Canaries est obligatoirement renvoyée à Nouakchott ou à Nouadhibou.

Chaque semaine, un départ de pirogue

« Guantánamo » n’est en fait qu’une partie du dispositif de dissuasion. Un système de contrôle est mis en place à Nouadhibou dès avril 2006 par l’agence européenne Frontex, chargée du contrôle des frontières extérieures de l’Union européenne. Dans ce cadre, deux vedettes, un avion de surveillance et un hélicoptère sont mis à disposition des autorités mauritaniennes. La coopération avec les pays dits d’« origine » ou de « transit » des immigrants illégaux est au cœur des politiques européennes promues notamment par la France et l’Espagne. Le « pacte européen sur l’immigration », soumis le 7 juillet par le ministre français de l’immigration et de l’identité nationale Brice Hortefeux à ses collègues chargés de la justice et des affaires intérieures de l’Union, comme le projet d’Union pour la Méditerranée, impulsé par M. Nicolas Sarkozy, incluent le renforcement de ce type d’accord ainsi que celui du rôle de Frontex.

En réponse aux récentes critiques d’Amnesty International, le secrétaire d’Etat espagnol chargé de la sécurité Antonio Camacho Vizcaíno avait signalé que « [l’Espagne] n’a à aucun moment fait pression sur la Mauritanie ou sur quelque autre Etat souverain pour qu’ils renforcent leur politique en matière d’immigration ». Ce qui, d’après le quotidienEl País (2), n’a pas empêché son gouvernement de livrer pour la somme symbolique de 100 euros trois avions de surveillance C-212 au Sénégal, à la Mauritanie et au Cap-Vert.

En Mauritanie, cette obsession sécuritaire révolte les associations locales sans dissuader les « clandestins ». « Il y a au moins un départ de pirogue chaque semaine, c’est un secret de Polichinelle, déclare Ba Djibril, journaliste à Nouadhibou et secrétaire général de l’Apeah. Les migrants s’installent ici pour travailler, parfois à long terme, mais pour eux le départ vers l’Europe est une certitude. » Géographe, maître de conférences à l’université Paris-Est, Marne-la-Vallée, Armelle Choplin souligne que, « parmi les vingt mille étrangers qui vivent à Nouadhibou, tous ne veulent pas partir ». « Cela dit, explique-t-elle, il est difficile d’établir des catégories de migrants. Celui qui croit ne faire que passer à Nouadhibou peut aussi bien être acculé à s’y établir durablement, tandis que l’étranger qui n’a pas pour projet la traversée vers l’Europe peut soudain décider de tenter sa chance parce qu’une occasion se présente. » En 2008, on est loin des cinq départs par nuit relevés par la géographe deux ans plus tôt. Mais, selon elle, « le dispositif de contrôle mis en place par l’Union européenne opère à la manière d’un filtre plutôt que d’un obstacle ».

A Nouadhibou, les récits de traversées clandestines ne tarissent pas. Bien sûr, il y a ceux qui ne veulent plus entendre parler de l’Europe. Salimata fait du commerce de poisson séché entre Nouadhibou et Dakar. Comme d’autres Sénégalais, Maliens ou Guinéens présents à Nouadhibou depuis des années, elle n’a pas l’intention de quitter la Mauritanie. « Mon mari et mon fils de 9 ans sont morts en mer, comment pourrais-je vouloir partir à mon tour ? Il travaillait au port. Un jour, un homme est venu le voir pour lui proposer d’être capitaine avec lui et de conduire une pirogue vers l’Espagne. On lui avait dit que les Espagnols avaient besoin de bras pour ramasser les fruits. J’ai essayé de le dissuader, mais il est parti en emmenant notre fils unique. Il pensait que la Croix-Rouge s’occuperait de lui, qu’il pourrait faire des études... »

Mais, pour la plupart, la répression et les cadavres retrouvés sur le rivage ne ternissent pas le rêve. Il y a ceux qui ont échoué plusieurs fois, trompés par les passeurs ou arrêtés par les forces de l’ordre. Le temps de refaire le pécule nécessaire au passage — qui peut atteindre les 1 000 euros —, certains reprennent la mer. « J’ai tenté la traversée deux fois, avec mon bébé de 2 ans et demi. La première fois, nous nous sommes perdus en mer. Nous avons navigué pendant cinq jours et nous sommes revenus. La deuxième fois, les gardes-côtes marocains nous ont pris », raconte Aïssata, une Guinéenne de 27 ans. Interrogée sur sa détermination, elle répond en riant : « Vous savez, on a le choix entre la souffrance et la mort. »

Il est impossible de tenir le compte exact des disparitions en mer. Le gouvernement espagnol avance le chiffre de soixante-sept corps échoués le long des côtes de la péninsule Ibérique et des îles Canaries en 2007 ; mais le nombre de décès estimé est beaucoup plus élevé. Malgré les tragédies, quelques belles histoires suffisent à étayer le mythe du départ facile. « Ceux qui veulent partir se focalisent sur l’expérience de ceux qui sont arrivés en Espagne, pas sur les naufrages ou les arrestations », dit Djibril. Et d’autres migrants arrivent à Nouadhibou, attirés par un rêve d’une force irrésistible, comme en témoigne Salimata : « On leur dit que, d’ici, on peut voir les lumières de l’Europe se refléter dans l’eau. »

Zoé Lamazou.

(1) Amnesty International, « Mauritanie. “Personne ne veut de nous”. Arrestations et expulsions collectives de migrants interdits d’Europe », rapport AFR 38/001/2008, Londres, 1er juillet 2008.

(2) Tomás Bárbulo, « España despliega en Africa una armada contra los cayucos », El País, Madrid, 17 juillet 2008.

source : Le Monde Diplomatique http://www.monde-diplomatique.fr/2008/10/LAMAZOU/16372

08:32 Écrit par petitprince dans revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mercredi, 05 novembre 2008

Ce que Michael Moore en pense :

 

moore.JPG

Wednesday, November 5th, 2008

Friends,

Who among us is not at a loss for words? Tears pour out. Tears of joy. Tears of relief. A stunning, whopping landslide of hope in a time of deep despair.

In a nation that was founded on genocide and then built on the backs of slaves, it was an unexpected moment, shocking in its simplicity: Barack Obama, a good man, a black man, said he would bring change to Washington, and the majority of the country liked that idea. The racists were present throughout the campaign and in the voting booth. But they are no longer the majority, and we will see their flame of hate fizzle out in our lifetime.

There was another important "first" last night. Never before in our history has an avowed anti-war candidate been elected president during a time of war. I hope President-elect Obama remembers that as he considers expanding the war in Afghanistan. The faith we now have will be lost if he forgets the main issue on which he beat his fellow Dems in the primaries and then a great war hero in the general election: The people of America are tired of war. Sick and tired. And their voice was loud and clear yesterday.

It's been an inexcusable 44 years since a Democrat running for president has received even just 51% of the vote. That's because most Americans haven't really liked the Democrats. They see them as rarely having the guts to get the job done or stand up for the working people they say they support. Well, here's their chance. It has been handed to them, via the voting public, in the form of a man who is not a party hack, not a set-for-life Beltway bureaucrat. Will he now become one of them, or will he force them to be more like him? We pray for the latter.

But today we celebrate this triumph of decency over personal attack, of peace over war, of intelligence over a belief that Adam and Eve rode around on dinosaurs just 6,000 years ago. What will it be like to have a smart president? Science, banished for eight years, will return. Imagine supporting our country's greatest minds as they seek to cure illness, discover new forms of energy, and work to save the planet. I know, pinch me.

We may, just possibly, also see a time of refreshing openness, enlightenment and creativity. The arts and the artists will not be seen as the enemy. Perhaps art will be explored in order to discover the greater truths. When FDR was ushered in with his landslide in 1932, what followed was Frank Capra and Preston Sturgis, Woody Guthrie and John Steinbeck, Dorothea Lange and Orson Welles. All week long I have been inundated with media asking me, "gee, Mike, what will you do now that Bush is gone?" Are they kidding? What will it be like to work and create in an environment that nurtures and supports film and the arts, science and invention, and the freedom to be whatever you want to be? Watch a thousand flowers bloom! We've entered a new era, and if I could sum up our collective first thought of this new era, it is this: Anything Is Possible.

An African American has been elected President of the United States! Anything is possible! We can wrestle our economy out of the hands of the reckless rich and return it to the people. Anything is possible! Every citizen can be guaranteed health care. Anything is possible! We can stop melting the polar ice caps. Anything is possible! Those who have committed war crimes will be brought to justice. Anything is possible.

We really don't have much time. There is big work to do. But this is the week for all of us to revel in this great moment. Be humble about it. Do not treat the Republicans in your life the way they have treated you the past eight years. Show them the grace and goodness that Barack Obama exuded throughout the campaign. Though called every name in the book, he refused to lower himself to the gutter and sling the mud back. Can we follow his example? I know, it will be hard.

I want to thank everyone who gave of their time and resources to make this victory happen. It's been a long road, and huge damage has been done to this great country, not to mention to many of you who have lost your jobs, gone bankrupt from medical bills, or suffered through a loved one being shipped off to Iraq. We will now work to repair this damage, and it won't be easy.

But what a way to start! Barack Hussein Obama, the 44th President of the United States. Wow. Seriously, wow.

Yours,
Michael Moore
MichaelMoore.com
MMFlint@aol.com

15:20 Écrit par petitprince dans revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

lundi, 24 décembre 2007

Téléphonie mobile : une nouvelle structure chargée de la qualité et des réseaux en place

Téléphonie mobile : une nouvelle structure chargée de la qualité et des réseaux en place

ADSL : 400.000 lignes à la fin de 2008

Un plan pour la sécurité informatique opérationnel dès 2008

M.El Hadj Gley, ministre des Technologies de la communication, a souligné dans ses réponses aux conseillers, que le secteur des technologies de la communication constitue un axe stratégique du modèle du développement économique et social dans notre pays compte tenu de son rôle fondamental dans l’instauration d’une infrastructure moderne de la communication et de l’informatique, capable de renforcer la productivité globale et de contribuer à l’instauration et à l’émergence de l’économie du savoir, outre la création de nouvelles sources de croissance et d’emploi.

Il a mis l’accent sur l’intérêt constant accordé par le Président Zine El Abidine Ben Ali à ce secteur parmi les choix judicieux et stratégiques du pays d’où la réalisation d’un taux de croissance élevé dépassant 17% annuellement dans ce secteur.

M. Gley a ajouté que la Tunisie est désormais dotée de 135 centres d’appel offrant environ 12.000 postes d’emploi en plus de 300 entreprises spécialisées dans le domaine de l’industrie des logiciels et de la production des applications électroniques.

Le ministre a indiqué que le taux d’exploitation des espaces au niveau des cyberparcs régionaux a atteint 100 pour cent au Kef, Siliana, Kasserine, Gafsa et Monastir, signalant que le cyberparc de Kairouan est entré en exploitation depuis 4 mois et que le ministère a réservé pour l’année 2008 une enveloppe importante pour la réalisation des autres centres dans les gouvernorats de l’intérieur du pays.

S’agissant de l’amélioration de la qualité des services du secteur des communications, il a précisé que le nombre des abonnés au réseau de la téléphonie fixe et mobile a dépassé 9 millions contre 1.600.000 utilisateurs d’Internet, indiquant que la retransmission radiophonique et télévisuelle satellitaire est garantie avec une qualité optimale, alors que les efforts se poursuivent au niveau de la retransmission télévisuelle terrestre en vue de développer le réseau national numérique pour assurer toutes les prestations en la matière à l’orée de 2009.

Concernant la mobilisation des capacités et leur utilisation pour promouvoir l’investissement dont le volume atteindrait environ 1.270 millions de dinars au cours de l’année 2008, soit une augmentation de 21 pour cent en comparaison de l’année 2007, le ministre a indiqué que ces résultats viennent couronner les réformes profondes et les mécanismes mis en place en vue de promouvoir la production des logiciels informatiques, les systèmes et les contenus numériques.

Il a précisé que le cadre juridique de l’économie numérique permettra d’impulser le partenariat entre les secteurs public et privé, faisant remarquer que le projet de révision du code des communications contribuera au renforcement de la dynamique de l’investissement et à la consolidation de l’infrastructure.

 

GSM : un plan global de développement

 

Evoquant l’internet, M.Gley a souligné que la connexion à haut débit constitue l’une des priorités du ministère, en recourant à toutes les technologies disponibles y compris le ’’wimax’’, ajoutant que les derniers mois de l’année 2007 ont enregistré le démarrage en force de la connexion ADSL avec un nombre d’abonnés qui a dépassé 110.000, ajoutant qu’une enveloppe d’environ 31 millions de dinars servira à atteindre le chiffre de 400.000 lignes ADSL à la fin de l’année prochaine. Il a également été procédé à la multiplication par trois de la capacité de la bande passante internationale par rapport à l’année précédente.

Le ministre a observé que l’amélioration de la qualité des services de la téléphonie mobile constitue l’une des priorités du ministère. En effet, a-t-il dit, un plan est mis en œuvre par les opérateurs de la téléphonie mobile portant sur les aspects techniques, commerciaux et réglementaires et le suivi en amont et en aval en vue d’être au diapason de l’évolution rapide que connaît ce secteur.

 

Internet : 730 MD transférés via la Toile

 

Le ministre des Technologies de la communication a indiqué que le rôle de l’instance nationale des télécoms a été renforcé au niveau du contrôle. Cette structure est désormais chargée de l’opération de mesure de la qualité des services mensuellement et de la vérification de la capacité technique des réseaux des opérateurs.

Il a souligné que des résultats encourageants ont été enregistrés illustrés par la réduction du taux de la congestion du réseau d’une manière remarquable atteignant pour la première fois 7% à la fin du mois de novembre dernier, formant le souhait d’enrayer définitivement cet encombrement au cours de l’année 2008.

M. El Hadj Gley a indiqué que les réticences de certains citoyens envers la mise en place des stations du réseau GSM a engendré un retard dans l’installation des équipements et des services de qualité au niveau de quelques zones de grande concentration.

Le ministre a expliqué que l’idée que les équipements GSM ont des effets sur la santé est irréelle et non confirmée scientifiquement. Il a ajouté que le champ électromagnétique des stations GSM varie généralement entre 0,2 volt et 1 volt par mètre, c’est-à-dire de 40 à 250 fois moins que l’idée théorique des effets sur la santé dans le cas où le champ dépasse le seuil de 41 volts par mètre.

S’agissant de la modernisation, de la rénovation et de la promotion de la qualité du secteur de la Poste, le ministre a souligné que des résultats probants ont été notés dans ce domaine et que 34% du chiffre d’affaires de la Poste émanent des services électroniques qui n’utilisent pas de support en papier indiquant que 730 millions de dinars sont transférés via Internet avec rapidité et en toute sécurité par les entreprises et les citoyens.

Evoquant les productions électroniques et la diffusion de la culture numérique, M. Gley a indiqué qu’un plan pratique a été mis au point qui sera appliqué au cours de la prochaine année au niveau de l’Agence nationale de la sécurité informatique et de l’Agence nationale de la certification électronique en vue d’augmenter le recours à l’utilisation de la certification électronique et à la consolidation du niveau de la sécurité des systèmes informatiques à travers l’audit technique et la coordination avec les divers intervenants.

M. Gley a mis l’accent sur l’importance du rôle dévolu à la société civile dans le suivi des résultats du Sommet de Tunis sur la société de l’information et le soutien des efforts de l’Etat dans la diffusion de la culture numérique.

Les conseillers ont ensuite adopté le projet de budget du ministère des Technologies de la Communication.
 
source : LaPresse