Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 09 février 2007

Milan Kundera dixit ...

[...] la source de la peur est dans l'avenir, et qui est libéré de l'avenir n'a rien à craindre.
(La lenteur, p.10, Folio n° 2981)

  Avoir un enfant, c'est manifester un accord absolu avec l'homme. Si j'ai un enfant, c'est comme si je disais : je suis né, j'ai goûté à la vie et j'ai constaté qu'elle est si bonne qu'elle mérite d'être multipliée.
(La valse aux adieux, trad. François Kérel, p.158, Folio n°1043)

Selon la manière dont on le présente, le passé de n'importe lequel d'entre nous peut aussi bien devenir la biographie d'un chef d'État bien-aimé que la biographie d'un criminel.
(Risibles amours, trad. François Kérel, p.38, Folio n°1702)

Le piège de la haine, c'est qu'elle nous enlace trop étroitement à l'adversaire.
(L'immortalité, trad. Eva Bloch, p.44, Folio n°2447)

Le souci de sa propre image, voilà l'incorrigible immaturité de l'homme.
(L'immortalité, trad. Eva Bloch, p.319, Folio n°2447)

07:51 Écrit par petitprince dans méditations | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : milan kundera littérature |  Facebook

Commentaires

merci

Écrit par : Orchea | lundi, 12 février 2007

marhbé

Écrit par : maxula | lundi, 12 février 2007

Les commentaires sont fermés.