Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 24 juin 2009

Lu pour vous : Mieux vaut garder une relation extraconjugale loin de la technologie !

Reuters :

 

Mieux vaut garder une relation extraconjugale loin de la technologie, selon une étude de l'opérateur téléphonique australien Telstra qui s'est penché sur les rapports entre l'infidélité et l'usage de sms.

Un quart des utilisateurs de téléphones portables ont découvert grâce au sms que leur conjoint les trompait ou ont entendu parler par ce biais d'un cas d'infidélité, révèle cette étude. Une personne sur cinq aurait envoyé un message destiné à son partenaire ou amant en se trompant de destinataire.

Selon ce sondage effectué le mois dernier auprès de plus de 1.200 utilisateurs, le sms est la méthode de communication préférée de 30% des Australiens, révélant ainsi leur dépendance.

"Envoyer des sms est devenu indispensable au quotidien", dit Glenice MacLellan, directrice des abonnements de Telstra. "C'est une illustration intéressante de l'évolution du mode de vie des Australiens", confirme le sociologue Mark McCrindle dans une préface à ce rapport.

Quarante pour cent des utilisateurs envoient au moins sept sms par jour, en particulier des femmes qui l'utilisent pour garder le contact avec leur compagnon. Un Australien sur quatre utilise ce moyen de communication pour annoncer une naissance, et un sur cinq environ pour informer ses proches d'une promotion professionnelle.

Quinze pour cent des sondés avouent qu'ils pourraient envoyer des sms lors d'un enterrement, un mariage ou un baptême et 14% disent avoir déjà envoyé un sms d'une église.

Pauline Askin, version française Etienne Tailpied, édité par Henri-Pierre André

source : http://fr.news.yahoo.com/4/20090624/tod-australie-infidelite-technologie-cb1d00a.html

14:45 Écrit par petitprince dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.