Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 06 avril 2007

Les Sociétés Secrètes XVI : ..FINIE LA LIBERTE EN AMERIQUE

Vers la fin du 19èmz siècle, les banques dépendant des Rothschild entamèrent une grande campagne pour mettre sous leur contrôle la riche économie des Etats-Unis. Les Rothschild d'Europe financèrent la banque citée ci-dessus de J. P. Morgan & Co., la banque de Khun Loeb & Co., la Standard Oil Co. de John D. Rockefeller, les chemins de fer Edward Harriman et les aciéries Andrew Carnegie. Ce lien signifiait sûrement plus que d'avoir seulement un pied dans l'économie américaine. Vers 1900, les Rothschild envoyèrent un autre agent aux Etats-Unis, PAUL WARBURG, pour collaborer avec la "Khun Loeb & Co. Bank". Retenez bien le nom de cet "agent des Rothschild" qui tissera un réseau entre de nombreuses organisations ! JACOB SCHIFF et PAUL WARBURG entamèrent une campagne pour ériger la "FEDERAL RESERVE BANK" et en faire une banque centrale privée solidement implantée en Amérique.
Jacob Schiff fit, en 1907, à la chambre de commerce de New York, le discours suivant :

"Si nous n'avons aucune banque centrale qui surveille suffisamment les fonds de crédit, ce pays connaîtra la plus sévère et la plus profonde crise monétaire de son histoire".

(Des Griffin :"Die Absteiger")

Aussitôt dit, aussitôt fait, ils plongèrent alors les Etats-Unis dans une crise monétaire : la panique qui en résulta sur le marché du capital ruina la vie de dizaines de milliers d'hommes dans tout le pays. La panique à la bourse de New York rapporta aux Rothschild, outre plusieurs milliards de dollars, le succès souhaité : C'était astucieusement pensé, on se servit de la panique comme argument pour créer enfin une banque centrale afin d'éviter des incidents de ce genre. Paul Warburg déclara au Comité de la banque et du fonds monétaire :

"La première chose qui me vint à l'esprit suite à cette panique a été la nécessité d'avoir une banque centrale nationale (Clearing-Bank). (...)"

(Gary Allen "Die Insider")

La version définitive de l'accord introduisant le "FEDERAL RESERVE SYSTEM" (la banque centrale privée d'Amérique) a vu le jour dans une propriété de J. P. Morgan sur Jekyll Island en Georgie. Les personnes présentes etaient les suivantes selon les recherches de Herbert G. Dorsey : A. Piatt Andrew, le sénateur Nelson Aldrich, Frank Vanderlip (président de la banque "Khun Loeb & Co."), Henry Davidson (associé de la J. P. Morgan Bank"), Charles Norton (président de la "First National Bank" de Morgan), Paul Warburg et Benjamin Strong (président du "Bankers Trust Co." de Morgan).

La création de la "Federal Reserve" en 1913 permit alors aux banquiers internationaux de consolider leur puissance financière aux Etats-Unis. PAUL WARBURG devint le premier président de la "New York Federal Reserve Bank".

Le décret du "Federal Reserve" était suivi de l'introduction du 16ème article complémentaire de la Constitution américaine qui donnait, désormais, la possibilité au Congrès d'imposer le revenu personnel des citoyens américains. Cela découlait du fait que le gouvernement américain n'avait plus le droit d'imprimer son propre argent pour financer ses opérations.

Ce fut la première fois dans l'histoire depuis la création des Etats-Unis que le peuple devait payer des impôts sur le revenu.

Les actionnaires les plus importants de la "FEDERAL RESERVE" (de la Fed) étaient :

1 les banques de Rothsaid de Londres et de Paris
2. la "Lazard Brothers Bank" de Paris
3. la "Israel Moses Seif Bank" d'ltalie
4. la "Warburg Bank" d'Amsterdam et de Hambourg
5. la "Lehmann Bank" de New York
6. la "Khun Loeb Bank" de New York
7. la "Chase Manhattan Bank" de Rockefeller de New York
8. la "Goldman Sachs Bank" de New York

Le membre du Congrès CHARLES LINDBERGH disait déjà a ce moment-là en parlant de la nouvelle Federal Reserve Bank que sa puissance financière faisait d'elle le "gouvernement invisible".

Comment fonctionne, à vrai dire, cette banque ?

Le "Comité du marché libre" de la Fed produit des "billets de la Federal reserve" (des dollars). Ces billets sont prêtés au gouvernement des Etats-Unis en échange d'obligations qui servent de sécurité à la Fed. Ces obligations sont entre les mains des douze banques Fed qui en touchent annuellement des intérêts.

Remarque sur la situation actuelle :

En 1982, le fisc des Etats-Unis accusait une dette d'environ 1.070.241 millions de $. La Fed récolta donc environ 115.800 millions de $ d'intérêts sur une seule année, payés par les contribuables américains. Le capital de ces intérêts va tout droit dans les poches de la Fed, donc dans celles des banquiers privés internationaux.

En 1992, les obligations possédées par la Fed étaient d'une valeur d'environ 5.000.000 millions de $ et les intérêts à payer par les contribuables montent constamment. C'est la Fed qui a créé tout ce capital en prêtant de l'argent au gouvernement américain et en touchant des intérêts élevés, elle n'a eu qu'à payer les frais d'impression. C'est la plus grande duperie de l'histoire des Etats-Unis et personne ne l'a remarquée. En plus, la Fed, grâce aux obligations du gouvernement américain, à le droit de gage sur les propriétés publiques et privées de tous les Etats-Unis. D'innombrables procédures juridiques sont restées jusqu'ici sans effet et n'ont pu annuler la loi de la "Federal Reserve". Juridiquement, il n'y a aucune possibilité pour les citoyens de récupérer leur argent puisque la Fed n'st pas un département du gouvernement américain mais une institution privée. D'après le droit constitutionnel, Fed n'aurait même pas le droit d'exister.

C'est pourquoi neuf Etats des Etats-Unis ont déjà entamé une "procédure d'Etat" pour annuler la Fed.
(55)


08:49 Écrit par petitprince dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

jeudi, 05 avril 2007

les Sociétés Secrètes X - KARL MARX

Une branche des ILLUMINÉS DE BAVIÈRE qui, à cette époque-là, était

connue sous le nom de "LIGUE DES JUSTES" ("League of the Just") et qui était issue d'un des groupes secrets révolutionnaires français à gros succès, la "COMPAGNIE DES QUATRES SAISONS", reçut deux nouveaux membres, le juif MOSES MODECHAI MARX LEVI (alias KARL MARX) et son ami FREDERICH ENGELS, fils d'un industriel. Tous deux écrivirent, plus tard, pour la "ligue des justes" le Manifeste du parti communiste. Une partie du Manifeste était de leur cru, la plus grande partie reflétait, cependant, l'idéologie de la "Ligue des justes" et celle d'autres sociétés secrètes françaises qui s'opposaient à la France avec des idées révolutionnaires. Gary Allen écrit à ce sujet :

"En fait, le "Manifeste du parti communiste" était déjà en circulation depuis beaucoup d'années, bien avant que le nom de Karl Marx fut connu au point de pouvoir être utilisé pour ce manuel révolutionnaire. Tout ce que Marx a réellement fait, ce fut de moderniser et codifier les projets et principes révolutionnaires qui avaient été écrits 70 ans plus tôt par Adam Weishaupt, le fondateur des "Illuminés de Bavière". ("Die Insider", p. 32)

Plus rien ne s'opposait, désormais, au "combat contre le capitalisme". Marx réussit à modifier par son esprit brillant l'image de la Ligue des justes, tant et si bien qu'elle changea d'appellation et devint, en 1847, la "Ligue des communistes".

Il apparaît ici très nettement comment les Illuminés de Bavière créèrent en Angleterre et en Amérique des systèmes "capitalistes" aussi bien qu'"anticapitalistes", voire même communistes, ce qui leur permit d'utiliser le conflit qui en résulta à la façon de Machiavel : ils réussirent à maintenir l'humanité dans une discorde constante et dans une parfaite confusion. (42)


11:43 Écrit par petitprince dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook

les Sociétés Secrètes VIII - LA BATAILLE DE WATERLOO

Ce fut le meilleur coup réussi par la famille ROTHSCHILD qui avait élaboré, déjà à cette époque, un parfait système d'espionnage et de courrier dans toute l'Europe.


Le 20 juin 1815, un de leurs agents arrivant directement du champ de bataille informa NATHAN ROTHSCHILD de la défaite des français. Nathan se dépêcha en toute hâte à la Bourse de Londres, il fit croire en vendant toutes ses actions "English Consul" que l'Angleterre avait perdu la guerre. La rumeur s'ébruita si vite que la plupart des actionnaires, pris de panique en pensant tout perdre, vendirent à leur tour leurs actions "English Consul". Au bout de quelques heures, la valeur des actions était tombée à 5 cents, c'est alors que Nathan les racheta pour une bouchée de pain. Peu de temps après, la nouvelle officielle sur l'issue de la guerre se répandit à Londres. En l'espace de quelques secondes, le cours des "English Consul" dépassa à valeur première et ne cessa de monter.

Napoléon avait eu son Waterloo et Nathan avait obtenu le contrôle de l'économie anglaise. En une nuit, la fortune déjà gigantesque des Rothschild s'était multipliée par vingt.

Les français avaient des difficultés à se remettre de leur défaite. En 1817, ils conclurent un accord pour obtenir un crédit d'un montant considérable de la Banque française OUVRARD et des BARING BROTHERS de Londres mais ils ne s'adressèrent pas aux Rothschild. L'année suivante, la France eut de nouveau besoin d'un crédit, ils écartèrent encore une fois les Rothschild.

Cela ne plut pas du tout à ces derniers, et ils essayèrent par tous les moyens possibles de convaincre le gouvernement de leur laisser l'affaire, mais ce fut en vain.

Le 5 novendre 1818 survint un événement inattendu. Le cours des obligations du gouvernement français qui avait cessé de monter pendant un an commença soudain à chuter sans arrêt. L'atmosphère était tendue à la cour du roi Louis XVIII. Les seuls à ne pas en être affligés, et même à en rire, furent les frères Rothschild, KALMANN et JACOB. Ceux-ci avaient acheté, en octobre 1818, une énorme quantité d'obligations du gouvernement français grâce à l'aide de leurs agents et à leurs réserves illimitées, obligations émises par leurs rivaux Ouvrard et Baring Brothers. Le cours des obligations était donc monté. Mais le 5 novembre 1818, ils se mirent à inonder d'innombrables obligations le marché libre des principales places commerciales d'Europe, ce qui provoqua une "panique" sur le marché.

La situation changea d'un seul coup, les Rothschild devinrent le "numéro un" en France. Ils bénéficièrent de toute l'attention de la cour française, au-delà même du domaine de la finance.

A Paris, la maison Rothschild s'était emparée du contrôle de la France après la défaite des Français, et à Londres, Nathan Rothschild en contrôlant la "Banque d'Angleterre", exerçait une influence directe sur le Parlement britannique.
(36)


11:41 Écrit par petitprince dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

les Sociétés Secrètes VII - LES ILLUMINES DE BAVIERE D'ADAM WEISHAUPT


ADAM WEISHAUPT fut éduqué dans un collège de Jésuites et finit par obtenir le titre de professeur des chanoines. Au cours des années, les conceptions du catholicisme finirent par ne plus lui convenir du tout. Cela l'amena à devenir l'élève personnel du philosophe juif Mendelsohn qui le convertit au gnosticisme.

En 1770, Weishaupt a probablement été contacté par les bailleurs de fonds de la maison Rothschild, qui s'étaient réunis juste auparavant, afin qu'il fonde à Ingolstadt "l'ORDRE SECRET DES ILLUMINES DE BAVIERE". (33 A)

Brève explication :
Il ne faut pas confondre les Illuminés de Bavière de Weishaupt avec le groupe de personnes nominé "ILLUMINATI" dont nous avons parlé précédemment. Les véritables Illuminati s'étaient infiltrés dans la "CONFRERIE DU SERPENT" en Mésopotamie, comme je l'ai déjà mentionné. Ils n'étaient jamais nommés et n'apparaissaient jamais personnellement en public. J'utilise le terme d'Illuminati dans ce livre parce qu'il est employé par les initiés pour désigner ce groupe de personnes qui agit en coulisse. Adam Weishaupt utilisa, cependant, le nom d'Illuminés pour désigner son ordre dont les buts étaient semblables à ceux des Illuminati qui, eux, existaient déjà auparavant (peut-être pour que cette désignation d'Illuminés puisse créer une confusion dans le public parmi ceux qui chercheraient à en savoir plus ?). Pour prévenir toute confusion, je désignerai le groupe de Weishaupt sous le nom "d'Illuminés de Bavière" et les autres sous le nom "d'Illuminati".

Les "Illuminés de Bavière" émient organisés en cercles imbriqués les uns dans les autres (comme les poupées russes). Dès qu'un initié prouvait sa faculté de garder un secret il était admis dans un cercle plus restreint et lié à des secrets encore plus profonds. Seuls ceux qui se trouvaient dans le plus petit cercle connaissaient les vrais buts des "Illuminés de Bavière". On disait aux membres des grades inférieurs qu'il n'y avait pas de grades supérieurs et on leur cachait en même temps l'identité du grand maître comme ce fut le cas dans la "Stricte Observance". Les Illuminés de Bavière étaient divisés en 13 grades symbolisés par les 13 marches de la pyramide des Illuminés représentée sur le "billet d'un dollar".

Ils avaient emprunté aux Jésuites leur système d'espionnage pour tester les faiblesses des membres qui accédaient au titre de "patriarche". Cette politique de l'ordre leur permettait de placer les patriarches dans des positions où leur talent était exploité au maximum. Jeter le discrédit devint aussi une des tactiques pour s'assurer qu'aucun des patriarches ne se détournerait de l'ordre.

Weishaupt s'y entendait pour attirer dans son ordre les esprits les meilleurs et les plus éclairés qu'il choisissait dans la haute finance, l'industrie, l'éducation et la littérature. Il utilisait la corruption par l'argent et le sexe pour contrôler les personnes haut placées.

Ceci fait, il savait faire chanter ces personnages occupant des postes de direction pour être sûr de les garder sous son contrôle. Les Illuminés de Bavière se mirent à conseiller des gens du gouvernement en se servant des adeptes (aux grades supérieurs). Ceci, bien sûr, en coulisse. Ces spécialistes s'y entendaient pour donner aux politiciens en place les conseils pour qu'ils adoptent une certaine forme de politique qui correspondait à leurs visées. C'était fait, cependant, si adroitement que ceux qui recevaient les conseils croyaient être les propres auteurs des idées qu'ils mettaient en acte.

On prétextait, pour expliquer l'existence des Illuminés de Bavière, qu'ils élimineraient ce que la société avait de mauvais et ramènerait l'homme à son état naturel et heureux. Cela signifie qu'ils allaient assujettir la monarchie et l'Eglise, ce qui leur valut de dangereux adversaires. Cela montre une fois de plus, que tenir le secret était la directive la plus importante de l'ordre.

Nous apprenons quelle était vraiment l'idéologie de Weishaupt par un document qui fut connu sous la désignation "NOUVEAU TESTAMENT DE SATAN", sévèrement gardé par les Illuminés du Bavière. C'est intentionnellement que je présente ici ce document, car il y en a toujours qui doute de la véracité des Protocoles des Sages de Sion. Peut-être est-il plus facile pour ceux-là d'accepter mon plan et la progression du livre si je n'emploie pas le mot "JUIF". Ce document n'est devenu accessible au grand public qu'en 1875 : un messager des Illuminés de Bavière, alors qu'il chevauchait de Francfort à Paris, fut frappé par la foudre ; cet incident permit de prendre connaissance d'une partie de ces informations relatives à une conspiration mondiale.

Voici le contenu de ce document :

Le premier secret pour diriger les hommes et être maître de l'opinion publique est de semer la discorde, le doute et de créer des points de vue opposés, le temps nécessaire pour que les hommes, perdus dans cette confusion, ne s'y retrouvent plus et soient persuadés qu'il est préférable de ne pas avoir d'opinion personnelle quand il s'agit des affaires de l'Etat. Il faut attiser les passions du peuple et créer une littérature insipide, obscène et répugnante. Le devoir de la presse est de prouver l'incapacité des non-illuminés dans tous les domaines de la vie religieuse et gouvernementale.

Le deuxième secret consiste à exacerber les faiblesses humaines, toutes les mauvaises habitudes, les passions et les défauts jusqu'à ce que règne une totale incompréhension entre les hommes.

Il faut surtout combattre les fortes personnalités qui sont le plus grand des dangers. Si elles font preuve d'un esprit créatif, elles ont plus d'impact que les millions d'hommes laissés dans l'ignorance.

Envies, haines, disputes et guerres, privations, famines et propagation d'épidémies (par ex. du SIDA, note de l'auteur) doivent épuiser les peuples à un point tel que les hommes ne voient plus d'autre solution que d se soumettre pleinement à la domination des Illuminés.

Un état épuisé par les luttes intestines ou qui tombe au pouvoir d'ennemis extérieurs à la suite d'une guerre civile est, en tous cas, voués à l'anéantissement et finira par être en leur pouvoir.

Il faudra habituer les peuples à prendre les apparences pour argent comptant, à e satisfaire du superficiel, à ne poursuivre que leur propre plaisir, à s'épuiser dans leur quête éternelle du nouveau et, en fin de compte, à suivre les Illuminés. Ceux-ci parviendront à leur but en rémunérant bien les masses pour leur obéissance et leur écoute. La société une fois dépravée, les hommes perdront toute foi en Dieu.

En ciblant leur travail par la parole et par la plume et en faisant preuve d'adaptation, ils dirigeront le peuple selon leur volonté.

Il faudra déshabituer les hommes à penser par eux-mêmes : on leur donnera un enseignement basé seulement sur du concret et on occupera leur esprit à des joutes oratoires qui ne sont que simulacres. Les orateurs parmi les Illuminés galvauderont les idées libérales des partis jusqu'au moment où les hommes en seront tellement lassés qu'ils prendront en dégoût tous les orateurs, de quelque bord qu'ils soient. Par contre, il faudra rabâcher aux citoyens la doctrine d'Etat des Illuminés pour qu'ils restent dans leur profonde inconscience.

La masse étant aveugle, insensée et incapable de juger elle-même, elle n'aura pas droit au chapitre dans les affaires de l'Etat mais devra être régie d'une main de fer, avec justesse mais aussi avec une impitoyable sévérité.

Pour dominer le monde, il faudra emprunter des voies détournées, chercher à démanteler les piliers sur lesquels repose toute vraie liberté - celle de la jurisprudence, des élections, de la presse, la liberté de la personne et surtout de l'éducation et de la formation du peuple - et maintenir le secret le plus strict sur tout ce qui est entrepris.

En minant intentionnellement les pierres angulaires de l'Etat, les Illuminés feront des gouvernements leur souffre-douleur jusqu'à ce que, de guerre lasse, ils renoncent à leur pouvoir. Il faudra exacerber en Europe les différences entre les personnes et les peuples, attiser la haine raciale et le mépris de la foi afin que se creuse un fossé infranchissable, si bien qu'aucun Etat chrétien ne trouve de soutien : tout autre Etat devra redouter de se liguer avec lui contre les Illuminés, de crainte que cette prise de position le desserve.

Il faudra semer discordes, troubles et inimités dans d'autres parties de la Terre pour que les peuples apprennent à connaître la crainte et qu'ils ne soient plus capables d'opposer la moindre résistance.

Toute institution nationale devra remplir une tâche importante dans la vie du pays pour que la machine d'Etat soit paralysée dès qu'une institution bat de l'aile.

Il faudra choisir les futurs chefs d'Etat parmi ceux qui sont serviles et soumis inconditionnellement aux Illuminés et aussi parmi ceux dont le passé est entaché d'un coin secret. Ils seront des exécuteurs fidèles des instructions données par les Illuminés. Ainsi, il sera possible à ceux-ci de contourner les lois et de modifier les constitutions.

Les Illuminés auront en main toutes les forces armées si le droit d'ordonner l'état de guerre est conféré au président.

Par contre, les dirigeants "non-initiés" devront être écartés des affaires de l'Etat. Il suffit de leur faire assumer le cérémonial de l'étiquette en usage dans chaque pays.

La vénalité des hauts fonctionnaires d'Etat devra pousser les gouvernements à accepter des prêts extérieurs qui les endetteront et les rendront esclaves des Illuminati ; la conséquence : les dettes de l'Etat augmenteront sensiblement !

En suscitant des crises économiques et en retirant soudainement de la circulation tout argent disponible, il faudra provoquer l'effondrement de l'économie monétaire des "non-illuminés".

La puissance monétaire doit remporter de haute lutte la suprématie dans le commerce et l'industrie afin que les industriels agrandissent leur pouvoir politique moyennant leurs capitaux. Outre les Illuminés, dont dépendront les millionnaires, la police et les soldats, tous les autres ne devront rien posséder.

L'introduction du suffrage universel doit permettre que seul règne la majorité. Habituer les gens à l'idée de s'autodéterminer contribuera à détruire le sens de la famille et des valeurs éducatives. Une éducation basée sur une doctrine mensongère et sur des enseignements erronés abêtira les jeunes, elle les pervertira et fera d'eux des dépravés.

En se reliant aux loges franc-maçonniques déjà existantes et en créant de-ci de-là de nouvelles loges, les Illuminés atteindront le but souhaité. Personne ne connaît leur existence ni leurs buts, encore moins ces abrutis que sont les non-Illuminés qui sont amenés à prendre part aux loges franc-maçonniques ouvertes où l'on ne fait que leur jeter de la poudre aux yeux.

Tous ces moyens amèneront les peuples à prier les Illuminés de prendre en main le monde. Le nouveau gouvernement mondial doit apparaître comme protecteur et bienfaiteur pour tous ceux qui se soumettent librement à lui (l'ONU, note de l'auteur). Si un état se rebelle, il faut inciter ses voisins à lui faire la guerre. Si ces derniers veulent s'allier, il faut déchaîner une guerre mondiale (CORALF : "Maitreya, der kommende Weltlehrer" - Maitreya, le futur maître du monde, Konny-Verlag, 1991, p.115 et suiv.).

Il est très facile de se rendre compte que le contenu du "Nouveau Testament de Satan" est presque le même que celui des "Protocoles des Sages de Sion", à cette seule différence près que les Juifs ont été remplacés par les Illuminés. Nous avons déjà vu sur l'ordre de QUI Adam Weishaupt a fondé l'ordre des Illuminés de Bavière, il est aisé d'en conclure d'ou vient le "Nouveau Testament de Satan".

Les conspirateurs avaient reconnu la force et l'influence des loges franc-maçonniques déjà existantes et commencèrent à s'y infiltrer selon un plan précis pour en obtenir le contrôle (§ 11 des Protocoles).

Les loges qui furent infiltrées furent désignées sous le nom de "Loges du Grand Orient" (Lodges of the Grand Orient).

Un célèbre orateur français, le MARQUIS DE MIRABEAU, s'était fortement endetté en menant grand train de vie et fut alors contacté par Weishaupt sur ordre des prêteurs juifs. Là-dessus, Moses Mendelsohn fit faire à Mirabeau la connaissance de la femme du Juif HERZ. Par la suite, on aperçut celle-ci plus souvent en compagnie de Mirabeau qu'avec son mari. Cela amena Mirabeau à subir un chantage, à accumuler des dettes ; il se retrouva bientôt sous le contrôle absolu des Illuminés de Bavière. Peu après, il fut obligé de se familiariser avec l'illuminisme. Il reçut la mission de persuader le DUC D'ORLEANS, déjà grand maître des francs-maçons en France, de transformer les "LOGES BLEUES" en "LOGES DU GRAND ORIENT".

Mirabeau organisa une rencontre en 1773 entre le duc d'Orléans, Talleyrand et Weishaupt qui les initia tous deux à la franc-maçonnerie du "Grand Orient". (34)

Lorsque la déclaration d'indépendance américaine fut signée le ler mai 1776, Adam Weishaupt mena à terme son plan bien pensé et introduisit officiellement l'ordre des Illuminés de Bavière. Cette date est donnée à tort comme la date de fondation de l'ordre. Mais les années les plus importantes de l'ordre furent les six années précédant son instauration officielle.

Entre autres membres de l'ordre, il y eut Johann Wolfgang von Goethe, le duc Charles Auguste de Weimar, le duc Ferdinand de Brunswick, le baron de Dahlberg (vaguemestre général de Thurn und Taxis), le baron de Knigge et beaucoup d'autres...

En 1777 Weishaupt fur initié à la loge franc-maçonnique de "THÉODORE DU BON CONSEIL" (Theodore of Good Council) à Munich, il eut tôt fait d'infiltrer toute la loge.

le 16 avril 1782, l'alliance entre franc-maçons et les Illuminés de Bavière fut scellée à Wilhelmsbad. Ce pacte établit un lien entre environ trois millions de membres des sociétés secrètes dirigeantes. Un accord du congrès à Wilhelmsbad rendit possible l'admission des Juifs dans les loges alors que ceux-ci n'avaient, à cette époque, que peu de droits.

En contrôlant les Illuminés de Bavière, les ROTHSCHILD exerçaient maintenant une influence directe sur d'autres loges secrètes importantes.

Toutes les personnes présentes, jurèrent en bons conspirateurs, de garder le secret absolu : de fait, presque rien une filtra de cette rencontre. On demanda au COMTE DE VIRIECU, un des franc-maçons participant au congrès s'il ne pouvait dévoiler quelques décisions prises. Celui-ci répondit : "Je ne vais pas te les confier, je vais seulement te dire que c'est plus sérieux que tu ne crois. La conspiration qui se déroule ici a été si Parfaitement imaginée qu'il n'y a pas de possibilité pour la monarchie et l'Eglise d'y échapper".

Une autre personne présente, le COMTE DE SAINT-GERMAIN, avertit,plus tard, son amie du complot de meurtre qui devait renverser la monarchie française. On ne tint pas compte, hélas, de son conseil.

Quelques secrets subversifs commencèrent à percer malgré tout, ce qui eut pour conséquence que le 11 octobre 1785 l'Electeur de Bavière fit ordonner une razzia dans la maison de Monsieur de Zwack, principal assistant de Weishaupt. On fit main basse sur beaucoup de documents décrivant le plan des Illuminés du Bavière. le "NOUVEL ORDRE MONDIAL" (Novus Orde Seclorum).

L'Electeur de Bavière décida alors de publier ces papiers sous le nom "d'écrits originaux de l'ordre et de la secte des Illuminés". Ces écrits furent, par la suite, répandus aussi largement que possible pour avertir les monarques européens. Le titre de professeur fut retiré à Weishaupt, qui disparut avec le duc de Saxe-Gotha, un autre membre des Illuminés de Bavière. Comme ils ne contrecarrèrent pas la rumeur que l'ordre des Illuminés était anéanti, cela leur permit de continuer à travailler en secret pour resurgir, plus tard, sous un autre nom. En l'espace d'un an, un vit apparaître publiquement la "DEUTSCHE EINHEIT" (Unité allemande), qui répandit la propagande des Illuminés parmi les cercles de lecteurs existants. C'est là que naquit le cri de guerre "Liberté, égalité, fraternité".

Les monarques européens n'étaient nullement conscients du danger, ce qui eut pour conséquence la naissance de la Révolution française et l'apparition du régime de la Terreur.
(35)


11:39 Écrit par petitprince dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

les Sociétés Secrètes VI - LA "STRICTE OBSERVANCE"




L'Allemagne devint au 18ème sicele le centre de la FRANC-MAÇONNERIE TEMPLIÈRE (celle-ci n'avait presque rien en commun avec l'idéologie originelle propre aux templiers). Les grades de chevaliers furent inclus dans le système franc-maçonnique dénommé "STRICTE OBSERVANCE". Cela signifiait que  les initiés devaient jurer une obéissance absolue à leurs supérieurs. Le chef désigné comme le "supérieur inconnu", affublé du titre de "chevalier au plumet rouge", était fidèle aux "GRADES ECOSSAIS" et par là même aux Stuarts.

Environ une décennie après l'initiation de FREDERIC LE GRAND, la "Stricte Observance" et ses "grades écossais" furent repris par la presque totale majorité des francs-maçons allemands.

Frédéric tira d'énormes profits auxquels la "franc-maçonnerie écossaise" avait contribué en Angleterre. Son but était l'expansion militaire de la Prusse, ce qui l'amena à soutenir les JACOBINS contre la DYNASTIE DE HANOVRE, soutien qu'il renouvela plus tard, lors de la grande invasion, en 1745 en Angleterre. Ensuite, il fit de nouveau une alliance avec l'Angleterre, et, profitant des difficultés où elle se trouvait, il lui loua des soldats allemands (Apparemment lui aussi avait lu Niccolo Machiavelli !).

Ce fut une des "plus belles" truanderies de l'histoire de l'Europe : un petit groupe de ducs allemands renversa le trône anglais pour y mettre la dynastie de Hanovre. Ce groupe usa, ensuite, de son influence pour épuiser le Trésor public anglais en impliquant l'Angleterre dans des guerres et en lui louant des mercenaires allemands. Cet endettement vint à point pour les banquiers juifs et facilita la mainmise des Illuminati sur le monde.
(33)


11:34 Écrit par petitprince dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

les Sociétés Secrètes IV - LA FAMILLE ROTHSCHILD




Beaucoup d'énigmes entourent le centre secret du négoce bancaire international : la maison ROTHSCHILD.

En 1750, MAYER AMSCHEL BAUER acheta la banque de son père à Francfort et troqua son nom pour celui de ROTHSCHILD (d'après l'enseigne rouge - traduction littérale du mot Rothschild - qui était accrochée à la porte d'entrée de la banque et qui représentait le signe des Juifs révolutionnaires et vainqueurs dans l'Europe de l'Est).

Mayer se maria. Il eut cinq garçons et cinq filles. Les prénoms de ses fils étaient Amschel, Salomon, Nathan, Kalmann (Karl) et Jacob (James). Son ascension s'accéléra lorsqu'il obtint les faveurs du PRINCE GUILLAUME IX de HESSSE-HANAU. Il prit part, en sa présence, à des rencontres de francs-maçons en Allemagne. Ce prince Guillaume, ami de la DYNASTIE DE HANOVRE, avait des revenus financiers considérables en louant ses mercenaires de Hesse au roi anglais (de Hanovre). Ce furent les mêmes troupes qui combattirent, plus tard, contre l'armée de George Washington dans la "Valley Forge", Rothschild devint le banquier personnel de Guillaume (16).

Lorsque le prince Guillaume dut s'enfuir au Danemark à cause des troubles politiques, il déposa à la banque Rothschild le salaire des mercenaires, soit 600.000 livres. NATHAN ROTHSCHILD (le fils ainé de Mayer Amschel) emporta avec lui cet argent à Londres grâce auquel il put ouvrir aussi une banque. L'or qui servit de garantie était issu de la "East India Company". Nathan obtint une plus-value de 400% en prêtant de l'argent au DUKE OF WELLINGTON qui finançait ainsi ses opérations militaires et en vendant aussi, plus tard, de façon illégale l'or qui devait servir de garantie.

Ces transactions furent à l'origine de la fortune gigantesque de la famille Rothschild, C'est alors que débuta le commerce bancaire international : chaque fils ouvrit une banque dans un pays différent, Anischel à Berlin, Salomon à Vienne, Jacob à Paris et Kalmann à Naples.

Salomon Rothschild était membre des francs-maçons.

MAYER AMSCHEL ROTHSCHILD écrivit son testament dans lequel il indiquait comment la fortune de famille devait être gérée à l'avenir. La fortune serait administrée par les hommes et ce serait l'aîné qui aurait le pouvoir décisif et trancherait en cas de désaccord. Toutes les tenues de compte devaient rester absolument secrètes, particulièrement pour le gouvernement (17).

En l773, MAYER AMSCHEL ROTHSCHILD aurait rencontré en secret dans la maison des Rothschild, rue Juive à Francfort, douze bailleurs de fonds juifs aisés et influents (en fait les Sages de Sion) pour mettre à l'étude un projet qui contrôlerait toute la fortune mondiale.

Aux dires de Herbert G. Dorsey, ces bailleurs de fonds auraient souligné, entre autres, le fait que  la fondation de la "BANQUE D'ANGLETERRE" avait permis d'exercer une influence considérable sur la fortune anglaise. Ils déclarèrent aussi qu'il serait nécessaire que cette banque exerce un contrôle absolu afin qu'ils puissent créer les bases qui permettraient de contrôler la fortune mondiale. Ils en retinrent les grandes lignes par écrit.

Selon les document de Dorsey et William Guy Carr "Pawns in the Game", ce plan aurait finalement été connu sous le nom de "PROTOCOLES DES SAGES DE SION". L'origine des Protocoles remonte, en fait, à des siècles en arrière, ils auraient été remaniés par ROTHSCHILD avant d'acquérir leur vraie signification. Ces Protocoles furent gardés secrets jusqu'en 1901, date à laquelle ils tombèrent dans les mains du professeur russe S.Nilus. Celui-ci les publia sous le titre "le danger juif". Victor Marsden les traduisit en anglais en 1921 sous le titre "THE PROTOCOLS OF LEARNED ELDERS OF ZION" ("Les Protocoles des Sages de Sion").

Sur les 24 Protocoles j'en résumerai douze. La traduction de l'anglais s'éloigne, peut-être, un peu du texte original mais le contenu y reste fidèle. Le recueil complet des Protocoles dépeint la situation actuelle de notre monde (18).


11:29 Écrit par petitprince dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

les Sociétés Secrètes II - LES SAGES DE SION




Une organisation secrète très influente rivalisait de zèle pour exercer un contrôle sur l'Angleterre. Les riches rabbins juifs qui étaient les dirigeants politiques et religieux du peuple juif anéanti unirent leur force dans un groupe connu sous le nom de "SAGES DE SION" (les sionistes se considèrent comme l'élite "messianique" du judaïsme et attendent que tous les Juifs du monde soient solidaires de leurs buts. Livre de Manfred Adler "Die Söhne der Finsternis", 2, Teil (...Les fils des ténèbres, 2ème partie). De 1640 à 1689, les "SAGES DE SION" projetèrent la "révolution anglaise" en Hollande (la chute des Stuarts du trône britannique) et prêtèrent de l'argent aux différents petits partis. Ils se servirent de leur influence pour que GUILLAUME II, duc allemand de la dynastie Orange-Nassau, devienne le stathouder de l'armée hollandaise et, plus tard, ils firent de lui GUILLAUME PRINCE D'ORANGE (11).

Ils arrangèrent une rencontre entre lui et Marie, la fille aînée du DUKE OF YORK et soeur du roi Charles II d'Angleterre. Le frère de celui-ci, successeur de Jacob II, était également présent. Guillaume II épousa Marie et ils eurent un fils, Guillame III qui se maria, plus tard, avec Maria II, la fille de Jacob II. Les Maisons royales hollandaise et britanniques étaient, dès lors, apparentées. Les WHIGS, parti composé d'anglais et d'écossais influents, les aidèrent à destituer les Stuarts de leur trône en 1688, et GUILLAUME III d'Orange fut nommé ROI d'ANGLETERRE en 1689.

Guillaume III, que l'on dit avoir été franc-maçon, fonda, la même année, "l'ORDRE D'ORANGE" qui s'opposait au catholicisme et visait à consolider le protestantisme en Angleterre. Cet ordre existe encore aujourd'hui, il est surtout représenté en Irlande, où il a environ 100.000 membres et où il attise violemment la guerre des religions (12).

Le roi Guillaume III enrôla très vite l'Angleterre dans des guerres coûteuses contre la France catholique, ce qui causa de fortes dettes à l'Angleterre. Puis ce
fut la revanche de Guillaume envers les SAGES DE SION : il persuada le Trésor britannique, avec l'aide de l'argent de WILLIAM PATERSON, d'emprunter 1.25 millions de livres britanniques aux banquiers juifs qui l'avaient mis dans cette position. La dette de l'Etat grandissait très vite, il ne resta plus au gouvernement d'autre possibilité que d'acquiescer aux conditions exigées.

Les conditions de prêt étaient les suivantes :

1. les noms des prêteurs restaient secrets, ils avaient la garantie de pouvoir fonder une "Banque d'Angleterre" (banque centrale) ;
2. On garantissait aux directeurs de cette banque de fixer la mesure de l'or par rapport au papier-monnaie ;
3. Il leur était permis de prêter 10 livres de papier-monnaie par livre d'or déposée ;
4. Il leur était permis de consolider les dettes nationales et d'en assurer le montant par des impôts directs sur le peuple.

C'est ainsi que fut érigée la première BANQUE CENTRALE privée, la "BANQUE D'ANGLETERRE".

Ce genre de transactions permettait à la banque de faire une plus-value de 50% en investissant 5%. Et c'était au peuple anglais de payer. Les prêteurs ne tenaient pas à ce que les prêts soient remboursés, car l'endettement leur permettait d'avoir une influence sur le déroulement de la politique. La dette nationale de l'Angleterre augmenta de 1.250.000 livres en 1694 à 16.000.000 livres en 1698 (13).

Après Guillaume III, la DYNASTIE DE HANOVRE prit en charge la maison royale britannique, ce qui est le cas aujourd'hui encore puisque les WINDSOR descendent en ligne directe de la maison royale de Hanovre (Jusqu'en 1901, tous les monarques furent issus de la dynastie de Hanovre mais lorsque Edouard VII épousa la princesse danoise Alexandra, le nom de HANOVRE fut remplacé par "SAXE-COBOURG-GOTHA", nom du père allemand d'Edouard. Il fut de nouveau changé en "WINDSOR" le 17 juillet 1917, il est tel quel aujourd'hui encore). Il est compréhensible que beaucoup d'Anglais ne se réjouissaient pas de la souveraineté allemande, Beaucoup d'organisations se formèrent pour amener de nouveau les STUARTS sur le trône. A cause de ce danger, la dynastie de Hanovre n'autorisa pas d'armée permanente en Angleterre, ils recrutèrent les troupes nécessaires dans leur principauté et parmi leurs amis allemands. Ceux-ci étaient payés, évidemment, par le Trésor britannique, ce qui profitait aux banquiers juifs. Le PRINCE GUILLAUME IX DE HESSE-HANAU qui était aussi un ami de la dynastie de Hanovre mit à leur disposition la plupart des mercenaires (14).


11:00 Écrit par petitprince dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sectes |  Facebook

jeudi, 29 mars 2007

Conseil de Sécurité .. ou de guerre ?

je parle du tristement fameux conseil de sécurité de l'ONU

 medium_UN_security_council_2005.jpg

 un organe censé faire régner la sécurité dans le monde :

L'article 24 de la Charte le définit ainsi :

« Afin d'assurer l'action rapide et efficace de l'Organisation, ses Membres confèrent au Conseil de sécurité la responsabilité principale du maintien de la paix et de la sécurité internationale. »

 

mais qui est inalement devenu un organe pour préparer les guerres qu'imposent les intérêts trés étroits des USA

 

à cause de ce minable organe le monde se voit continuellment plongé dans des guerres de toutes formes .. chaudes froides, militaires économiques

 

la raison de cette déviation de ce CS est on ne peut plus claire : l'absence de démocratie

 

du moment où 5 pays reignent avec leur véto ... que pourrons nous espérer de cet organe ?

Au 13 juillet 2006, le veto a été utilisé 258 fois avec, par ordre d'importance : 122 fois par l'Union soviétique/Russie, 81 fois par les États-Unis, 32 fois par le Royaume-Uni, 18 fois par la France et 5 fois par la Chine (dont 1 fois par Taiwan lorsqu'il avait un siège au Conseil de sécurité)

 

je crois que le monde tiendra son salut d'une vraie démocratie internatinale : tous les Etats sont égaux ..

 

en core un dream ... just a dream  

 

 

12:05 Écrit par petitprince dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

lundi, 19 mars 2007

le Drapeau national Tunisien

 

Le drapeau de la Tunisie est « rouge et comporte en son milieu un cercle blanc où figure une étoile rouge à cinq branches entourée d'un croissant rouge. »

Depuis 1831, la Tunisie possède ce drapeau adopté par Hussein II Bey, 8e monarque de la dynastie husseinite. Le drapeau ressemble au drapeau de la Turquie car les beys sont alors des vassaux de l'Empire ottoman. Il s'en démarque par l'inversion des couleurs du croissant et de l'étoile dans un cercle blanc et le positionnement de ces 2 emblèmes : sur le drapeau turc, ils sont apposés l'un à côté de l'autre et excentrés alors que, sur le drapeau tunisien, l'étoile est encerclée du croissant dans un disque situé au centre du drapeau.

Le fond rouge représente le sang des martyrs et rappelle la conquête turque de 1574. Le blanc symbolise la paix alors que le croissant représente l'unité de tous les musulmans et les branches de l'étoile les cinq piliers de l'islam.

Aujourd'hui le drapeau tunisien est visible sur tous les bâtiments publics et militaires. Il flotte aussi sur les sièges des organisations régionales et internationales ainsi que sur les bâtiments abritant les représentations diplomatiques tunisiennes à l'étranger. Le drapeau tunisien est déployé lors des commémorations nationales et les honneurs lui sont rendus selon un cérémonial bien précis.

 

ceci est le Drapeu de la Tunisie depuis 1831. (dernière modification en juillet 1999 avec adaptation de la taille de l'étoile et du croissant).

 



Et voici comment bien dessiner le drapeau national selon les mesures rapportées dans le journal officiel tunisien de 1999.

 

 

15:43 Écrit par petitprince dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

mercredi, 07 mars 2007

je boycotte le journal LeTemps

suite aux multiples agressions de ce journal, orchestré par l'inqualifiable Raouf KHalsi,

le peuple étoiliste boycotte le journal LeTemps, hatta yaaty ma youkhalifou dhalika

 

medium_letempsvi2.3.png

 


09:14 Écrit par petitprince dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : ESS Tunisie Journal |  Facebook